DATATION ET CHRONOLOGIE DE L’ANCIENNE EGYPTE : LA PAGAILLE !

5 décembre 2016

Non classé

Par Antoine GIGAL

Pour aider à clarifier cette confusion de datation et chronologie, je vais essayer de l’expliquer aussi  simplement  que  possible … Cette  confusion  sur la  chronologie   est principalement due au fait que nous  devons encore découvrir 95% des preuves matérielles  de  l’héritage  des  anciens  Égyptiens

En  effet, il  nous  manque beaucoup d’éléments car nous ne sommes  qu’au début de l’égyptologie, c’est   une science  encore  récente  datant  de  la  campagne  d’ Egypte  de  Bonaparte ( de 1798 au 31 août 1801),   qui   avait  emmené   avec  lui  un  groupe  de  160 savants  extraordinaires  qui  s’employèrent  pour   commencer, à  cartographier  et documenter les découvertes monumentales et archaéologiques du pays.

800px-bonaparte_aux_pyramides

Bonaparte aux the pyramides par Maurice Orange [Public domain], via Wikimedia Commons

Et aujourd’hui encore,  tous les jours, les archéologues trouvent quelque chose, fouillent des sites nouveaux! C’est une quête fantastique qui prend beaucoup de temps à cause des tonnes de sable acumulées depuis des siècles et parceque trois mois par an, des tempêtes de sable sévissent  en Égypte et recouvrent ce qui a été désensablé!

Mais approfondissons ce problème de datation en parlant  des premiers écrits égyptiens. Deux faits dominent:

D’abord, jusqu’à présent, le plus ancien document historique reconnu en Égypte était la palette de Narmer, trouvée à la fin du XIXe siècle dans les ruines de l’ancienne Hierakonpolis (Nekhen) et datée de 3100 av. J.-C.. Or,  le Dr John Coleman Darnell de l’équipe de Yale, en 1999,  dans  le Gebel Tjauti  qui est une  falaise dans le désert  à  20 km  au nord-ouest de  Louxor, trouva  des inscriptions semblant être de très ancien hiéroglyphes  et une scène et des symboles de plus de 5.250 ans  représentant un roi victorieux. C’est-à-dire, datant d’avant le premier  pharaon de la Première Dynastie dans la  liste  classique que nous reconnaissons.

Et quand vous savez  que  l’invention de  l’écriture  est  considérée  comme  la grande  fracture  entre  la  préhistoire et l’histoire, cette découverte fait repousser le début de l’Egypte à bien avant celui communément admis.  Il faudra bien un jour  accepter l’existence  des  dynasties  avant la  soit-disant première ( nommée officiellement la  dynastie ZERO! ), alors  que nous avons  plein de preuves aujourd’hui de dynasties antérieures ! En tout cas  la découverte de Coleman est un ajout significatif à un nombre croissant  de preuves  indiquant  que la première  écriture véritable a commencée en Egypte – et pas dans l’ancienne Sumer (dans ce qui est maintenant l’Irak), comme les savants du passé  ont cru.

Shunet el zebib par Gigal

Archéologue marchant près des tombes prédynastiques derrière Abydos dans la forteresse de Khasekhemwy à Shunet el zebib Photo©Gigal-2016

Ensuite, vous avez les conclusions du docteur Gunther Dreyer, directeur de l ‘Institut archéologique allemand d’ Égypte, qui a trouvé dans les tombeaux d ‘Abydos des inscriptions avec  des  éléments  phonétiques,  sur  des  pots, des  os et  des  plaques  d’ivoire,  des hiéroglyphes très anciens et datés antérieurement à 3250 av.J.-C. :

 “Celà précède l’écriture de la Mésopotamie, qui a commencé d’abord comme un système      de comptabilité, mais a  pris  du  temps  pour passer d’ images simples à des signes qui représentent des sons de la parole.»

Ainsi, grâce à  des excavations récentes nous pouvons être sûr que des dynasties existaient avant la fameuse dynastie zéro et qu’ils  avaient l’écriture !!! C’était encore  complètement nié il y a quelques années! Aujourd’hui c’est encore difficile à avaler  pour certains et il y a beaucoup de débats, mais on progresse !

Donc nous avons d’abord des datations non encore découvertes pour la chronologie à cause  des  nombreux  sites  non encore  excavés  (sur plus de 80% du territoire)  ou des preuves  tout juste découvertes et dans le processus d’être acceptées même si c’est long et insupportable pour certains.  Ensuite il nous reste:

Des preuves de datation anciennes, oubliées, ou mal traduites!

Ainsi, le fameux égyptologue français Maspero, en 1885 disait à propos des premiers Textes des anciens égyptiens:

«Ils étaient déjà parfaitement composés avant la 1ère dynastie».

428px-gaston_maspero_reutlinger_bnf_gallica

Gaston Masperol’extraordinaire égyptologue français qui avait tellement raison-(BNF Gallica via Wiki Commons, Public Domain)

Il est quand même extraordinaire de constater que les premiers égyptologues , des hommes de terrain eux, et avec une conaissance véritable de tout le territoire égyptien pour l’avoir parcouru dans sa totalité ( Ce qui n’est pas le cas de ceux de maintenant), avaient vu juste, et c’est totalement oublié! Et Maspero n’est pas le seul. Nous avons d’abord le travail sur la première dynastie faite par l’archéologue français Emile Amelineau vers 1890 qui a trouvé des preuves de l’existence d’un peuple avancé avant la 1ère dynastie officielle.  Amelineau  a trouvé beaucoup d’artéfacts à Abydos Le nom de ce peuple noir était: Anu/Aunu. Ils ont construit par exemple : les villes d’ESNA (Anutseni), d’Arment (Anu Menti), de Gebelein (Anu), ils travaillaient le métal, faisaient de l’agriculture intensive et avaient du bétail … Et des experts comme Chandler par exemple pensent qu’Osiris, Horus, Hermes etc, étaient des  Aunu. Et Anu était aussi le nom d’Osiris, et il était censé être le 4ème pharaon sur Terre, puis les Grecs l’ont appelé: Onnuphris: «Le Bon».

flinders_petrie

Flinders Petrie, 1903- [Public domain], via Wikimedia Commons-

Le grand Flinders Petrie a trouvé à Abydos un document Anu fantastique: C’est une tuile de faïence où est dépeint un chef Aunu  avec son nom et son adresse à Ermant. Mais ils ne sont pas les seuls prédynastiques: vous avez aussi les MESNITU venant de Punt, en Somalie. Ils étaient des ouvriers métallurgiques. Vous avez aussi d’autres groupes comme les Beja et les Rekhytu venant de Coptos dans la vallée du Nil, vous avez les AAMU Avec des traits asiatiques mais habillés comme des Egyptiens et vivants dans les montagnes, les  NEHESY venant du Sud du Soudan, les TEMEHU du désert de l’Ouest et la Libye (dessins Tassili du Sud-Est algérien) et tous ces gens n’étaient pas de simples indigènes mais   étaient très organisés et  avaient beaucoup de connaissances.

La découverte archéologique d’une datation de civilisation ayant existé bien plus ancienne encore, fut découverte il ya quelques années,  à 250 km au sud d’Assouan à Quadan, dans des tombes comportant des preuves physiques de civilisation de haut niveau.  La  datation obtenue est de 13000 à 9000 ans avant J.-C., ce qui est beaucoup plus ancien que la période sumérienne ( ou même la période d’Ubaïd commençant  seulement 6000 ansavant JC). Une équipe belge ( voir bibliographie)a découvert également un squelette humain près de Denderah avec de la poterie datant de  30 000 à 33 000 ans. Nous voyons là combien il est nécessaire d’excaver sans cesse et encore plus dans ce vaste territoire qu’est l’Egypte pour renforcer la vérité.

Palermo stelae

La liste des pharaons sur la stèle de Palerme- Via Wikkimedia Commons- Domaine Public

Les Anciens Egyptiens ont toujours considéré leur civilisation comme un héritage directe d’ êtres divins qui existaient en Egypte il y a des  milliers d’années avant les dynasties officielles que nous reconnaissons aujourd’hui. Et cela est attesté dans le Papyrus de  Turin (le canon royale de Turin)  datant de Ramsès II présentant la liste de tous les pharaons et pas  seulement les dynastiques que nous connaissons mais aussi les pharaons dits: “divins” avant le règne du premier  “officiellement reconnu “:  Menes. Les Anciens Égyptiens n’avaient pas l’habitude de mélanger la fiction avec le réel surtout dans des listes aussi importantes que celles des dirigeants de leur pays et ils ne mentaient pas, aussi faudra t-il bien considérer un jour l’existence réelle de ces pharaons d’avant Ménés d’autant plus que de nombreux documents différents en attestent de l’existence. Mais du coup c’est beaucoup de choses par rapport à la géopolitique et aux croyances qui se trouveraient chamboulées, mettant en jeux beaucoup de datations colatérales au Moyen Orient…

Et ainsi nous avons aussi la Stèle dite de Palerme donnant les noms de ces rois mythiques, ces divins pharaons. Et dans cette liste, nous avons Horus par exemple qui est considéré avoir règné comme une personne humaine normale.

Nous avons heureusement aussi,  l’historien égyptien Manéthon, trois siècles avant Jésus-Christ, son nom égyptien était Ma-n-Thot, le Maître des Secrets, il avait accès à la Librairie d’Alexandrie et il écrivait une histoire d’Egypte en 30 volumes pour son pharaon . Un historien reconnu très sérieux et ce qui est drôle, c’est que les académiques d’aujourd’hui le considèrent comme le Père de l’égyptologie en ce qui concerne son travail sur sa liste des pharaons de la 1ère Dynastie, car c’est sa datation qui est toujours en usage  aujourd’hui dans  les universités, mais ils évitent complètement sa partie de liste avant la 1ère dynastie, ils ne veulent pas considérer sa liste dans son ensemble! Et Manéthon nous a raconté beaucoup de détails très intéressants sur les dynasties dites  Divines, il nous explique qu’ils sont divisés en 3 parties: «Les Dieux», «Les Héros” avec des compétences   “surnaturelles» et les «Manes» des êtres glorieux en fait les ancêtres Spirituels. Quant aux Dieux, Manéton a dit qu’ils sont divisés en 7 sortes et que:

«Ces Dieux sont issus de la Terre et puis ils sont devenus célestes, se rendant au ciel»

Ainsi: «originaires» de la Terre “, c’est intéressant !

Osiris lui-même dit dans le Livre des Morts Égyptien (la bonne traduction du titre est:  Le livre de sortir  au  jourOsiris dit:

Les tunnels de la Terre m’ont engendré!”

C’étaient des intraterrestres! C’est pour cela, peut être, que le réseau souterrain est si important en Egypte! Plutarque, l’influent philosophe grec et historien a écrit:  “… Osiris est devenu le pharaon d’Egypte avec Isis et ils ont construit Theba (Louxor)” .Osiris et les autres dieux ont, si l’ont suit les anciens textes, eu une vraie vie terrestre, historique.

Ces historiens parlent tous d’abord, d’une généalogie des Dieux régnant en Egypte 23 200 ans et puis  ensuite des: “Shemsu Hor” régnant pendant 13 400 ans et puis les pharaons «officiels» que nous connaissons … La durée de règne de chaque roi “divin” est d’environ des centaines d’années, donc c’est inacceptable pour les universitaires … mais je demande alors, pourquoi ils acceptent par exemple la longue durée de vie des prophèthes de la Bible comme Enoch, par exemple, qui a vécu 360 ans? Beaucoup de facteurs peuvent expliquer aujourd’hui une telle durée de vie … la gravité terrestre peut être différente à l’époque, le vieillissement peut être plus lent, la densité pouvait être moindre, l’ADN pouvait être mieux protégé, etc.

Donc tout ceci est dommageable pour la confusion de la chronologie et celà a bien entendu, de grosses répercussions sur la datation. De plus d’autres erreures interviennent parfois quand la datation d’un monument est faite. Par exemple pour la Grande Pyramide on a pris des échantillons de mortier placés pas assez haut ni assez profond sur elle, or le problème c’est que les Pharaons de toutes les dynasties ont fait des restaurations de leurs monuments. Et ainsi, on obtient souvent  une datation d’une des  restaurations, mais pas la datation de l’origine d’un monument, et celà arrive plus souvent que l’on ne pense! Il n’y a pas encore longtemps, des d’universitaires refusaient le seul fait que de multiples restaurations aient été menées par différents pharaons! Heureusement cela change. Mais on a aussi tendance à prendre le dernier cartouche apposé sur un monument comme étant une datation fiable alors que souvent plusieurs pharaons avaient apposé leurs cartouches avant, effaçant leurs prédecesseurs. Il faut des gens de terrain, ayant travaillé sur des sites des années, et ayant la culture générale archaéologique de l’Egypte entière pour être à même de déterminer une bonne datation et avoir l’esprit ouvert et impartial pour considérer une chronologie dans son ensemble.

Texte, Photos & collage ©AntoineGigal-2016

Copyright©2016. Tous droits reservés.

 

Bibliographie: 

Émile Amélineau, Nouvelles Fouilles d'Abydos, 1895-6, 1896-7 & 1897-8  (full report of the excavations), Paris: Ed. Leroux, 1901, 1902 & 1904-5.
Émile Amélineau, Prolégomènes à l'étude de la religion égyptienne, Paris: Ed. Leroux, 1916.
Van Peer & Vermersch : Taramsa burial 2010 http://www.academia.edu/1234230/Taramsa_Burial_2010
Dr. G. Elliot Smith, The Ancient Egyptians, Harper, 1923.
Dimitri Meeks, Chapter 4: "Locating Punt", Mysterious Lands, David B. O'Connor & Stephen Quirke, UCL Press, 2003.
Antoine Gigal: Egypt before the pharaohs,2010 :http://www.gigalresearch.com/uk/publications-pharaohs.php

SOURCE :https://gigalinsights.com/2016/11/16/datation-et-chronologie-de-lancienne-egypte-la-pagaille/?lang=fr

Inscrivez vous

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

l'appel de la sagesse |
etenite |
Les Témoignages de la Greno... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Tariq RAMADAN
| Eveil à la foi - Andrésy, C...
| fleurdefoi