LES IMMORTELS TAOISTES CHINOIS

Posté le 3 avril 2015 par spiritus dans BOUDDHISME, TAOISME, CONFUCIANISME

LES IMMORTELS TAOISTES dao
.
LE TAOISME

.

A côté du taoïsme philosophique associé aux livres de Laozi et de Zhuangzi, dont l’essentiel remonte au VIe siècle avant JC, s’est développée en Chine une religion, qui apparaît au IIe siècle après J.C sous l’appellation de « Voie des Maîtres célestes ». En concurrence avec le bouddhisme dès le IIIe siècle, cette religion honore le dieu suprême Lao-tseu (Vieux Maître) converti en Laojun (Vieux seigneur). Du Vieux Maître, l’histoire n’a retenu que des légendes qui en faisaient tantôt le maître de Confucius lui-même, tantôt un spécialiste de pratiques conduisant à l’immortalité.

.

Ces légendes étaient alimentées aussi par le fait que le Lao-tseu (ou Daodejing) comporte des passages sur le caractère mystérieux et transcendant du Dao. D’anciens commentaires s’y appuyaient pour en faire un manuel ésotérique des pratiques de conduite de souffle (qi) et de méditation des « adeptes du Dao ». La Voie des Maîtres célestes en fit un texte phare, destiné à être récité par les adeptes et à leur être expliqué, dans son acceptation ésotérique, par les chefs du mouvement.

.

Fondé vers le milieu du IIe siècle après JC, cette Voie s’organisa en théocratie dans le nord du Sichuan. A partir du IIIe siècle, l’église du Dao s’intègre à l’État, ce qui favorise sa diffusion dans les élites. Le taoïsme se développera aussi sur le plan monacal. Il a peu d’adeptes en Chine aujourd’hui, mais une nébuleuses de pratiques « taoïstes » essaime à travers le monde. Parmi celles-ci, le tajiquan (tai-chi-chuan), les arts martiaux et sexuels ainsi que le qi gong (le travail du souffle).

.
LES IMMORTELS
.
Les immortels chinois (xian) ne sont pas des dieux. Ce sont des humains qui ont trouvés la voie de l’immortalité et qui n’exercent pas de fonction particulière et qui apparaissent sur terre au gré de leur caprice.
.
C’est le taoïsme qui a vraiment développé cette notion d’immortalité, la capacité de prolonger la vie par delà la mort sous la forme de pur esprit. De nombreux rites et exercices physiques, intellectuels, sexuels et spirituels devaient y conduire. On y parvenait pleinement par l’union avec le Tao.
.
Les immortels sont donc des êtres humains qui ont su se fondre avec le Dao, incarnant l’idéal taoïste le plus haut. Dès la fin des Royaumes combattants apparaissent des descriptions romanesques du paradis des immortels que l’on rejoint en fermant les yeux. Il faut cependant attendre Ke Hong (283-343 après JC) et son texte « Maître qui embrasse la simplicité », au IVème siècle pour que se constitue une typologie.
.
Selon lui, l’existence des immortels n’est douteuse qu’à l’homme empêtré dans la perception étroite de ses sens et qui ignore les prodigieuses métamorphoses de la nature. Cette figure prend vraiment consistance à une époque où la Chine est politiquement désunie : face à l’éthique sociale, discrète et limitée du sage confucéen, émerge un nouveau projet fondé sur le retrait de la vie publique, la reconnaissance de l’échec des arts de gouverner au profit d’une construction de soi où l’expérience et l’essai tiennent lieu de vie.
.
Ke Hong distingue ainsi trois types d’immortels : les « célestes » agents de la Suprême Souveraineté ; les « terrestres » qui circulent librement entre les mondes et n’ont cure de servir ; les immortels enfin « qui se sont délivrés de leur cadavre » et dont on ne retrouve, en fossoyant leur tombe, que sandales et canne.
.
Tous sont morts et se sont transformés. Les hagiographies relatent à l’envi leurs métamorphoses ou leur disparition, signes tangibles qu’ils ont rejoint la source vive du réel. Qui sont-ils? Ils n’ont pas de statut social défini, peuvent être marchands ou paysans. On les trouve partout : dans le mobilier, sur les miroirs, dans la religion populaire comme dans l’élite lettrée. Si les huit Immortels forment à partir du XIVème siècle un groupe homogène d’hommes et de femmes (certains ont réellement existé), ce sont le plus souvent, conformément à l’étymologie, « des hommes des montagnes » qui explorent les ciels qui s’ouvrent dans les grottes, herborisent, réduisent pierres en poudres et transmettent des arts, des diagrammes ou des signes qui à leur tour immortalisent.
.
Leurs pouvoirs sont nombreux : ils sont endurants, rapides, restent jeunes, contrôlent hommes et bêtes, sont guérisseurs, exorcistes, devins. Certains ont le don d’ubiquité, peuvent devenir invisible ou même voler. Mais ce sont surtout des maîtres en métamorphoses. Il donnent à lire enfin dans leur rencontre l’instabilité foncière des choses et personnalisent la transformation de soi et celle corrélative du monde. Il est rare qu’on naisse immortel. On le devient plus sûrement. A cette fin, tout est bon : l’alchimie, la cueillette des simples, les techniques respiratoires, la méditation des tables et des talismans…On peut aussi randonner au gré des occasions ou donner libre congé au savoir et privilégier l’inconscience que procurent alcools et drogues. Tout concours dans cette quête à une dispersion de soi au profit d’une union avec le Tao.
Les demeures des Immortels peuvent être situées dans des îles mythiques ou sur le sommet d’une montagne. Au nombre de ces lieux figurent le mont Kunlun, résidence de la Reine Mère de l’Occident (la Reine des Immortels), et l’île Penglai, qui, avec Fabgzhang et Yingzhou, deux autres îles mythiques, est située dans les eaux orientales.
.
LES 8 IMMORTELS
.
les+huits+immortels
Les personnages légendaires les plus célèbres du taoïsme sont les 8 immortels (ba-xian). Conformément à la quête taoïste, ils ont percé les secrets de la nature et atteint la vie éternelle. Ces immortels affectionnaient les endroits montagneux et isolés. Chacun d’eux représente une condition différente : le militaire, le vieux, le riche, le haut fonctionnaire…
.
Les 8 immortels sont les protagonistes de nombreuses légendes. La plus populaire raconte comment ils réussirent à traverser le vaste océan pour rejoindre le paradis de la Reine Mère de l’Occident et prendre part au banquet des pêches de l’immortalité, chacun d’eux se servant de ses pouvoirs. Sur le chemin de retour, les 8 immortels durent affronter en un combat dont ils sortirent victorieux le Roi Dragon et ses armées marines.Caractérisés par un comportement bizarre, non conventionnel, ce sont les protagonistes d’évènements extraordinaires. Si certains d’entre eux étaient déjà connus auparavant, le groupe des 8 immortels apparut dans la Chine du Nord au XIIème-XIIIème siècle.
.
Les huit immortels sont :
.
 - Zhong-li Quan, général de la dynastie Han ; grassouillet, il possède un éventail lui servant à ranimer les morts.
 - Zhang Guo-Lao, maître taoïste, souvent représenté sur un âne blanc, avec un yugu (instrument de musique à percussion) ; il est le patron des peintres et calligraphes.
  – Lü Dong-bin, alchimiste taoïste, representé avec une épée comme un redresseur de torts.
  – Cao Guo-Jiu, oncle d’un empereur Song, représenté en habits de cour et tenant à la main une plaquette de jade, insigne de sa noblesse, ou une paire de castagnettes ; il est le protecteur des acteurs.
 -  Li Tie-guai, boiteux souvent ivre représenté avec une canne et une calebasse contenant de l’alcool.
 -  Han Xiang-zi, neveu du lettré Han Yu, représenté avec une flûte, patron des musiciens.
 -  Lan Cai-he, mendiant excentrique représenté vêtu d’une robe bleue, chaussé d’une seule chaussure et portant un panier de fleurs
-  He Xian-gu, représentée tenant une fleur de lotus à la main.
.
A partir de l’époque Yuan et jusqu’à nos jours, les 8 Immortels sont représentés sur une vaste gamme d’objets décoratifs ou d’usage quotidien (tentures, porcelaines, peintures). Ces objets témoignent de leur popularité. Pendant les époques Ming et Qing, des salles leur furent consacrées dans les plus grands monastères, et des temples furent édifiés en leur honneur dans tout l’Empire.
.
source : http://dieux-chinois.blogspot.fr

Les commentaires sont fermés.

D'autres nouvelles

l'appel de la sagesse |
etenite |
Les Témoignages de la Greno... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Tariq RAMADAN
| Eveil à la foi - Andrésy, C...
| fleurdefoi