LE SUTRA DE L’EVEIL PARFAIT

Posté le 6 octobre 2010 par spiritus dans Non classé

Egaux sont les profanes, égaux les Entrés-dans-le-courant, égaux les Bouddhas; tous sont un dans l’Egalité, et il n’y a entre eux ni dualité ni différence… Si le Bouddha différait de l’Egalité, il pourrait pratiquer l’Égalité; mais comme le Bouddha n’est autre que l’Égalité même, il ne peut ni la pratiquer ni l’obtenir… Les différences n’existent qu’en Vérité vulgaire, et dans la Loi qui est à l’usage des profanes.

Qu’est-ce que l’ignorance? Fils de famille, depuis un temps sans commencement, tous les êtres ont toutes sortes de conceptions inversées. A la manière d’un homme égaré qui confond les quatre directions, ils considèrent à tort les quatre éléments comme leur corps et les six domaines des sens comme leur pensée. Ils sont comme une personne aux yeux malades qui voit des fleurs dans le ciel ou une deuxième lune.

Fils de famille, en vérité il n’y a pas de fleur dans le ciel, et le malade s’y attache faussement. Par suite de cet attachement, il se trompe non seulement sur la nature propre de l’espace, mais aussi sur le lieu réel de provenance de la fleur. A cause de cette erreur, il y a transmigration à l’intérieur du devenir. C’est ce que l’on appelle l’ignorance.

Fils de famille, cette ignorance n’a pas de substance réelle : elle est comme les êtres vus en rêve, qui existent dans le rêve, mais non à l’état de veille. Ainsi on ne peut pas dire des fleurs dans le ciel, lorsqu’elles disparaissent dans l’espace, qu’il y a un lieu déterminé de disparition. Pourquoi ? Parce qu’il n’y a pas de lieu d’apparition. Au sein du non-produit, tous les êtres voient à tort apparition et disparition. C’est ce qu’on appelle transmigration à l’intérieur du devenir.

Les métamorphoses illusoires de tous les êtres s’élèvent de la merveilleuse conscience d’Eveil parfait du Tathagata. Il en est comme des fleurs dans le ciel, qui proviennent de la vacuité : à la disparition de ces fleurs illusoires, la nature de la vacuité reste inaltérée. De même, la conscience illusoire des êtres disparaît en prenant appui sur l’illusion. A la disparition des illusions, la conscience d’Eveil demeure, immuable. Parler d’Eveil en prenant appui sur l’illusion est encore une illusion. Dire qu’il y a Eveil, c’est n’être pas encore dégagé de l’illusion, de même si l’on dit qu’il n’y a pas d’Éveil. C’est pourquoi on parle d’immutabilité quand l’illusion s’est évanouie.

Cette connaissance de l’Éveil est comme la vacuité, et la connaissance de la vacuité est la marque de la fleur dans le ciel. On peut pas dire non plus que connaissance et Éveil n’existent pas. Abandonner les notions d’existence et de non-existence, c’est être accord avec l’Éveil pur. Pourquoi? Parce que l’Eveil est de la nature de la vacuité, éternellement immuable, et dans le réceptacle de Tathagata [tathagatagarbha] il est au-delà de l’apparition et de la disparition ainsi que de la connaissance. Il est identique à la nature du domaine absolu, ultime, parfaite, omniprésente.

Ce bodhisattva et les êtres qui vivront au temps du déclin de la Doctrine, ayant compris ce que sont les illusions et par là éliminé les apparences, obtiennent au même instant la pureté infinie, la vacuité illimitée révélée par l’Éveil. L’Éveil étant parfait et irradiant, la conscience apparaît dans sa pureté. La conscience étant purifiée, la vue est purifiée. Celle-ci une fois purifiée, l’organe de la vue est purifié. Celui-ci étant purifié, la perception visuelle est purifiée.

Sachez qu’un bodhisattva ayant accompli l’Eveil ne s’attache pas à la Doctrine, ne cherche pas à s’en délivrer, ne déteste pas le devenir, n’a pas d’attirance envers le nirvana. Il ne vénère pas ceux qui respectent les préceptes, ne hait pas ceux qui les enfreignent, ne respecte pas les adeptes expérimentés, ne méprise pas les débutants. Pourquoi cela ? Parce que tout est Eveil. Ainsi, la lumière des yeux qui illumine le paysage extérieur étant parfaite, elle est dénuée d’amour et de haine. Pourquoi? Parce que cette lumière est non-dualité et il n’y a par conséquent ni haine ni amour.

Puisqu’ils sont comme un rêve de la veille, sachez que devenir et extinction n’apparaissent ni ne disparaissent, ne vont ni ne viennent. Ce qui est réalisé n’est ni obtenu ni perdu, ni saisi ni lâché. Celui qui a réalisé [I'Éveil] ne fait rien, n’arrête rien, ne suit rien, n’anéantit rien. Car au sein de cette réalisation, il n’y a ni sujet, ni objet et finalement ni réalisation, ni personne ayant réalisé ; l’essence de toutes choses est alors égalité et inaltérabilité.

Les bodhisattva qui ont compris l’Éveil parfait et pur pratiquent la quiétude à l’aide de cette conscience d’Eveil pur. Ayant ainsi purifié leurs pensées, la connaissance d’Eveil s’élève. Dès lors la sapience engendrée par la quiétude apparaît et les poussières adventices telles que le corps et la pensée disparaissent pour toujours. Quiétude absolue et détente peuvent alors croître en soi.

Les bodhisattva qui ont compris l’Éveil parfait et pur savent, grâce à cette conscience d’Éveil pur, que la nature de la conscience d’Éveil, les organes des sens et les domaines des sens sont des métamorphoses illusoires. Ils produisent des illusions pour éliminer les illusions. Ils transforment ces illusions et convertissent les êtres illusoires. Mais dans cette production d’illusions, ils sont capables de faire croître une grande compassion et une grande détente. Tous les bodhisattva commencent leur pratique et progressent graduellement à partir de là. Comme celui qui contemple l’illusion n’est pas identifié à l’illusion ni à la contemplation illusoire dans laquelle tout est illusion, il est dégagé pour toujours de la marque de l’illusion. Cette pratique merveilleuse que parachèvent les bodhisattva est semblable aux pousses qui naissent de terre. On appelle ce genre d’expédient salvifique : samapatti.

Les bodhisattva qui ont compris l’Eveil parfait et pur, grâce à cette conscience d’Éveil pur, ne s’attachent ni aux métamorphoses illusoires ni à la marque de la quiétude. Ils savent que le corps comme la pensée sont des obstacles, que la lumière de l’Éveil sans conscience ne repose pas sur les obstacles, et ils obtiennent pour toujours l’état transcendant obstruction non-obstruction. Ils vivent dans le monde avec les marques du corps et de la pensée et sont dans ce monde phénoménal pareils au son d’une cloche qui se propage au loin. Passions et extinction ne s’obstruent plus réciproquement. Détente et extinction se développent. L’Eveil merveilleux en accord avec le domaine de l’extinction ne peut être atteint ni par soi, ni par autrui, ni par le corps, ni par la pensée. Les notions d’existence et de longévité ne sont que des pensées fluctuantes. On appelle ce genre d’expédient : dhyana.

 

traduction : Catherine Despeux

 

Répondre

D'autres nouvelles

l'appel de la sagesse |
etenite |
Les Témoignages de la Greno... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Tariq RAMADAN
| Eveil à la foi - Andrésy, C...
| fleurdefoi