INTRODUCTION A LA CABALE Par Nelly Baron

Posté le 3 juillet 2010 par spiritus dans Non classé

Par Nelly Baron 

d’après l’enseignement du rav M. Laitman

     

« L’Arbre de Vie »

« Ets haim » — Rabi Issac Louria, – le ARI –

Sache qu’avant la création, seule existait la lumière supérieure qui — simple et infinie —

emplissait l’univers dans son moindre espace. Il n’y avait ni premier ni dernier, ni

commencement ni fin,

Tout était douce lumière,

harmonieusement et uniformément équilibrée

En une apparence et une affinité parfaites,

Quand, par Sa volonté furent créés le monde et Ses créatures,

Dévoilant ainsi Sa perfection,

— source de la création du monde —,

Voici qu’Il se contracta en Son point central,

Il y eut alors restriction et retrait de la lumière,

Laissant autour du point central entouré de lumière

Un espace vide formé de cercles.

Après cette restriction, d’En-haut vers En-bas

Un rayon s’est étiré de la lumière infinie

Puis est descendu graduellement par évolution dans l’espace vide.

Épousant le rayon, la lumière infinie dans l’espace vide est alors descendue,

Et tous les mondes parfaits furent émanés.

Avant les mondes, il n’y avait que Lui,

Dans une Unité d’une telle perfection,

Que les créatures ne peuvent en saisir la beauté,

Car aucune intelligence ne peut Le concevoir,

Car en aucun lieu Il ne réside, Il est infini, Il a été, Il est et Il sera.

Et le rayon de lumière est descendu

Dans les mondes, dans la noire vacuité,

Chacun de ces mondes étant d’autant plus important

Qu’il est proche de la lumière,

Jusqu’à notre monde de matière, au centre situé à l’intérieur de tous les cercles, au centre

de la vacuité scintillante. Bien loin de Celui qui est Un, bien plus loin que tous les autres

mondes,

Alourdi à l’extrême par sa matière,

Car, à l’intérieur des cercles, il est

Au centre même de la vacuité scintillante ………..

                                                                                                                                                                                               

1. Qu’est-ce que la Cabale ?

La Cabale est la science la plus proche de l’homme car elle lui parle de sa raison d’être, de sa naissance, de sa vie, du sens de sa vie, deson origine, de son devenir après avoir parcouru son chemin dans ce monde.

Le cabaliste obtient les réponses à ces questions tout en vivant dans ce monde. La Cabale est un procédé qui permet de comprendre les mondes spirituels et notre monde qui en émane.

La Cabale nous enseigne les mondes spirituels, et nous permet de développer en nous un autre organe des sens constitué d’un écran qui réfléchit la lumière.

C’est avec l’aide de ce nouvel organe des sens que nous acquérons la possibilité d’appréhender les mondes supérieurs.

Loin d’être abstraite, la Cabale est une étude pratique : l’homme apprend à connaître à partir de son propre moi qui il est, quelle est sa véritable nature, ce qu’il doit faire, ce qu’il doit modifier en lui, pas à pas. Rien n’est plus proche de lui car il s’agit d’une recherche intérieure de connaissance de soi, du monde et de sa destinée.

Cette étude de soi-même et du monde, l’étudiant la mène dans son for intérieur, c’est la raison pour laquelle la Cabale est appelée « la sagesse non révélée ». La personne qui s’y livre est le siège de changements internes qu’elle est seule à connaître et à ressentir. Ce processus se produit à l’intérieur de la personne, est adapté à elle, lui est unique, et elle est la seule à le comprendre.

La Cabale décrit les motivations des actes humains comme étant le résultat du désir de recevoir. Tout homme veut éprouver du plaisir quelle qu’en soit l’origine et, pour y parvenir, il est prêt à faire des efforts intenses. Se pose alors la question : comment atteindre le maximum de plaisir au moindre prix ? Chacun de nous essaie de répondre à cette question,chacun à sa propre manière.

Il existe un certain ordre dans la manière dont le désir se développe et grandit. Tout d’abord, l’homme recherche le plaisir physique, c’est le moindre en intensité. Ensuite il s’oriente vers le plaisir procuré par l’argent et les honneurs. Un désir encore plus fort le fait vouloir le pouvoir. Après cela, il cherche à accumuler des connaissances. À mesure que le désir grandit, l’homme n’aspire plus qu’à atteindre le pic de la pyramide, et c’est à ce pic que se trouve le désir de spiritualité.

La personne est inconditionnellement soumise aux impératifs de ses désirs, à tous les stades, et entreprend de rechercher les moyens pour les satisfaire.

Nous ne connaissons pas l’origine de nos sensations, le mécanisme de nos réactions au sucré, à l’amer, à l’agréable, au grossier. Nous ne sommes pas en mesure de créer des outils scientifiques pour mesurer et examiner nos sensations.

La Cabale est une sorte de mathématiques des sensations, elle prend les sensations et nos désirs dans leur ensemble, les analyse et donne une formule mathématique précise pour chacun des phénomènes, à chaque niveau, pour chaque type de sensation et de vécu.

L’étudiant débutant pense que la Cabale a recours à la guématrie, à des matrices et à des schémas, mais ceux qui progressent véritablement trouvent, au-delà du premier abord, une science d’une grande précision permettant d’analyser la perception des mondes supérieurs.

L’étude de la sagesse de la Cabale est un procédé ancien et éprouvé au moyen duquel l’homme peut acquérir une conscience accrue des mondes supérieurs et accéder à un haut degré de connaissance de la création, de la raison d’être de celle-ci, du sens de l’existence et du passage des hommes dans ce monde.

Si une personne ressent en elle un désir de spiritualité, si ce désir ne la laisse pas en paix, elle peut, au moyen de la Cabale, développer son désir au point qu’elle commencera à percevoir le spirituel.

2. Qu’est ce qu’un cabaliste ?

Un cabaliste est une personne ordinaire qui ne se distingue en rien extérieurement des autres. Il n’est pas obligatoirement intelligent ou érudit. Son aspect n’indique aucune sainteté.

Tout simplement, à un moment de sa vie, cette personne ordinaire a trouvé une réponse authentique aux questions concernant le sens de son existence.

En étudiant la Cabale, cette personne a acquis un « sixième » sens, le sens du spirituel, qui lui permet de percevoir les mondes spirituels comme une réalité tangible, de la même façon que nous percevons notre réalité quotidienne, notre monde.

Le cabaliste perçoit les mondes spirituels, il en a la compréhension spontanée. Ces mondes sont appelés « spirituels » car ils se situent au-delà des frontières de notre perception habituelle. Le cabaliste voit dans les mondes spirituels la racine de ce qui se produit dans notre monde, il a cette capacité d’être à la fois dans ce monde et dans les mondes spirituels.

Les cabalistes ont connaissance des messages de vérité qui nous environnent, mais que nous ne percevons pas pleinement. L’être humain ne perçoit ordinairement qu’un petit fragment du monde qui l’environne et il désigne ce fragment par l’expression « notre monde ». Le cabaliste perçoit la création dans sa globalité.

Les cabalistes ont la capacité d’étudier, d’analyser et de nous transmettre des informations sur la création, sur l’origine de notre existence, sur le devenir en général. Le procédé permettant d’appréhender le spirituel, ainsi que leurs connaissances, les cabalistes nous les transmettent dans des ouvrages qu’ils rédigent en ayant recours à un langage particulier. C’est pourquoi l’étude de ces ouvrages qui ouvrent à la vraie connaissance de la réalité doit se faire sous la direction d’un cabaliste, selon une méthode spéciale.

3. De l’importance d’étudier la Cabale

Les cabalistes ne transmettent pas sans raison leurs connaissances sur l’organisation des mondes spirituels. Chacun de nous a la capacité de développer son sixième sens et, en lisant les ouvrages des cabalistes en relation avec les mondes spirituels au moment où ils écrivent, nous pouvons, sans avoir l’intelligence du texte mais en faisant des efforts pour le comprendre, attirer sur nous la « lumière environnante ».

Les ouvrages écrits dans la langue de la Cabale ont la particularité de faire rayonner une intense lumière environnante sur le lecteur. En étudiant l’organisation des mondes spirituels, leur authentique nature, l’homme attire sur lui la lumière qui procède à sa réparation, lui dévoile progressivement la vérité.

Ce sens du spirituel, cette capacité de percevoir la création dans sa globalité existe à l’état latent dans chaque homme. Il est désigné par l’expression « le point dans le coeur ». La lumière environnante a pour objet de « remplir » les besoins de ce sens une fois celui-ci suffisamment développé. Cette lumière est qualifiée « d’environnante » car elle entoure le récipient [keli] qui ne peut pas encore la recevoir en lui.

Ce « sixième sens » continue d’exister en dehors de toute matérialité, après la mort du corps. À mesure que l’homme étudie la Cabale, la lumière irradie vers « son point dans le coeur » et l’agrandit.

Peu à peu, ce point « se dilate », acquiert un volume suffisant pour que la lumière environnante puisse y pénétrer. La pénétration de la lumière dans le « point dans le coeur » fait naître en l’homme sa première sensation du spirituel. Avec la pénétration de la lumière dans le « point », la perception des mondes spirituels, du passé, du futur se développe et se fait plus vive.

Rien n’est possible sans l’aide de l’En-haut, sans la lumière environnante qui émane de l’En-haut et purifie l’homme peu à peu. Même si cette lumière nous est étrangère, elle est directement en relation avec le point dans le coeur qu’elle doit remplir comme cela est prévu dans le programme de la création.

En lisant les ouvrages de Cabale, nous nous relions à la source de lumière et, de manière inconsciente, nous créons en nous le désir du spirituel. Rabbi Yehouda Ashlag écrit à ce sujet dans son Introduction à l’Etude des Dix séfirot :

« Pourquoi les cabalistes invitent-ils toute personne à étudier la Cabale ? C’est qu’il y a quelque chose d’extraordinaire dans cette étude, méritant qu’elle soit connue car celui qui étudie la Cabale, même s’il ne comprend pas le sujet dans l’immédiat, par son désir de comprendre, attire sur lui la lumière qui entoure son âme. Chaque homme a alors la possibilité d’atteindre l’objectif que le Créateur a placé en lui en créant ce monde, celui de délecter toutes les créatures. Celui qui ne parvient pas à cet objectif au cours d’une incarnation y parviendra au cours d’une autre jusqu’à ce qu’il réponde à l’intention du Créateur.

Tant que la personne n’est pas parvenue à la perfection, cette lumière dont il bénéficiera dans le futur est « lumière environnante ». Cette lumière est réservée à chaque homme, elle  attend le moment où celui-ci éprouvera le désir de la percevoir. C’est alors qu’elle épousera la forme des désirs de l’homme.

C’est la raison pour laquelle, même si les outils appropriés, autrement dit les récipientsdésirs, ne sont pas encore développés en l’homme, l’étude de la Cabale, l’étude des attributs des mondes et des récipients, attributs qui sont en relation avec l’âme humaine, permet à la lumière environnante de se refléter en l’homme sans toutefois pénétrer dans les profondeurs de son âme, car il est dépourvu des récipients pour l’accueillir. Cette lumière qui éclaire l’homme quand il étudie le purifie pour lui permettre de recevoir la lumière à l’intérieur de lui.

L’étude de la Cabale éveille en l’homme le désir de percevoir les mondes de vérité, crée en lui le moyen — le récipient — qui lui ouvre les yeux à la vraie connaissance, et c’est seulement ce désir qui lui en donne la capacité. Parler de ces mondes est toujours possible, mais sans en avoir la connaissance, cela se limite à des mots vides de sens concret.

À notre époque, les ouvrages sur la Cabale sont largement diffusés. Les cabalistes invitent tout un chacun à prendre part à l’étude de la Cabale.

En étudiant ces ouvrages, le désir de spiritualité grandit, la lumière environnante, autrement dit cet univers d’authenticité qui nous est masqué commence à rayonner et à se dévoiler peu à peu à nous.

Fais attention à tes pensées,
car elles deviendront des paroles.
Fais attention à tes paroles,
car elles deviendront tes actes.
Fais attention à tes actes,
car ils deviendront tes habitudes.
Fais attention à tes habitudes,
car elles deviendront ton caractère.
Fais attention à ton caractère,
car il est ton destin.

(Talmud)

Les commentaires sont fermés.

D'autres nouvelles

l'appel de la sagesse |
etenite |
Les Témoignages de la Greno... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Tariq RAMADAN
| Eveil à la foi - Andrésy, C...
| fleurdefoi